Plusieurs élèves du lycée ont été sélectionnées pour participer aux "Rendez-vous des Jeunes Mathématiciennes"  à la faculté de mathématiques de l'université de Strasbourg du 21 au 23 octobre 2019.
Voici le reportage de l'une des participantes: Eléonore 
HUGUEL qui est en classe de 104
 
Petit résumé sur les Rendez-Vous des Jeunes Mathématiciennes à Strasbourg

LUNDI 21 OCTOBRE:
En arrivant à la gare, j’ai été plutôt bien accueillie par Marie une doctorante en mathématiques de l’université de Strasbourg en compagnie de Pauline Nass, Mathilde Bader et d’une autre élève du lycée en classe de terminale sportive Marion Brasseur. Nous nous sommes directement pris le tram pour l’université et plus particulièrement la salle de conférence de l’irma (institut de recherche de mathématiques avancées) ou nous avons retrouvé toutes les autres candidates (nous étions 23 au total)
Après une rapide conférence sur l’égalité et la parité qu’il peut y avoir (ou non) dans le domaine scientifique entre les hommes et les femmes (j’ai notamment et malheureusement vu pour la première fois la notion de « plafond de verre »), nous avons été réparties en groupe de 4 à 5 pour faire une « chasse au trésor ». Je n’ai pas aimé cette première activité car les énigmes étaient très difficiles et je m’étais un peu demandé ce que je faisais là et je commençais à regretter d’avoir participer à ce « stage » …
Nous sommes ensuite allées manger au restaurant universitaire (RU) qui m’a tout de suite plus donné l’envie de devenir étudiante ;))
Après qu’on nous a présenté 5 ateliers de recherche différents, nous avons suivi notre doctorant attitré pour travailler pendant 1h30. J’étais dans le même groupe que Marion, nous avions choisi l’atelier « Espion sous surveillance » et étions prises en charge par Thibault, un doctorant de l’université de Strasbourg un peu timide mais très gentil. Je me suis sentie un peu perdue, car nous devions « chercher » et je ne comprenais pas quoi. De plus il s’est avéré que quasiment tout notre atelier reposait sur le chapitre des suites…
Nous sommes ensuite allées voir un spectacle sur Mars dans un planétarium, c’était intéressant mais j’avoue avoir été un peu déçue.
Nous avons continué ensuite à travailler sur nos ateliers respectifs, les filles de mon groupe commençaient à expliquer leurs conjectures, mais j’étais toujours aussi perdue et entrain de comprendre ce que pouvait bien être une suite définie par récurrence.
Nous sommes ensuite rentrées à l’auberge pour manger et (enfin) aller se coucher.  
 

MARDI 22 OCTOBRE:
Après avoir petit déjeuner, nous avons pris le bus pour se rendre à l’université. Nous avons ensuite assisté à une conférence de deux heures sur « Comment construire les nombres à la règle ? »  qui j’avoue était intéressante mais qui ne m’a pas passionnée d’avantage.
Après une pause goûter, nous sommes retournées à nos ateliers de recherche pour 1h30. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais j’ai commencé à pauser plus de question, à m’ouvrir d’avantage et mieux comprendre ce que l’on attendait réellement de nous.
Nous sommes ensuite allées manger (toujours au RU). Puis un atelier sur le stéréotype nos a été présenté. Ce sujet m’a vraiment passionnée, j’aurais même aimé en savoir plus J.
Après une autre pause goûter, nous sommes retournées à nos ateliers de recherches où je me sentais beaucoup plus à l’aise.
Nous avons ensuite eu droit à une présentation sur l’orientation et les études supérieur disponibles à l’UFR, je ne me sentais pas trop concernée car j’étais déjà sûre d’une chose : je ne voulais pas étudier plus profondément les mathématiques.
Nous sommes ensuite allées manger dans un restaurant turc (très bon d’ailleurs) en compagnie de cinq doctorant.e.s en maths qui sont aussi les organisateurs de l’évènement. Nous avons pu leur poser des questions sur leur parcours, leur manière dont ils voyaient les maths et nous avons aussi beaucoup rigolé, c’était super ! Nous avons ensuite fait une balade nocturne inoubliable dans Strasbourg avant de rentrer à l’auberge. 
 

MERCREDI 23 OCTOBRE:
Pour cette dernière journée, en arrivant à l’université, nous nous sommes tout de suite mises dans nos groupes d’atelier de recherche pour un peu avancer sur certains points mettre en place l’oral de l’après-midi, c’est pour ce dernier point que je me suis le plus imposée. Nous avons ensuite assisté à une conférence sur « Comment la science des données peut aider la citoyenne de demain ? » qui était très intéressante car la conférencière était passionnée par ce qu’elle nous disait et nous a notamment montré à quel point des algorithme comme ceux de Google utilisent nos données privées pour ensuite les publier sous forme de graphiques (elle nous a donné l’exemple des graphiques et moyennes qui comptabilisent le nombre de personnes atteintes par la grippe dans une année).
Nous sommes ensuite allées manger, puis nous avons eu droit à une très courte présentation des « mathématiques périscolaires », c’est-à-dire sur les associations comme le Cercle de Mathématique de Strasbourg. Puis nous avons pu rencontrer, sous formes de « speed-meeting », cinq femmes toutes différentes qui nous racontaient et expliquaient leur parcours post-bac et professionnel.
Après une énième pause goûter, le moment fatidique est arrivé : nous avons présenté notre atelier de recherche devant un amphithéâtre composé certes de parents de candidates, mais aussi devant des professeur.e.s, des étudiant.e.s, des chercheur.e.s. C’était un moment stressant, mais j’ai adoré cette sensation où je me suis sentie écoutée sur ce que je disais.
Nous avons ensuite couru pour avoir notre tram et prendre le train direction Mulhouse.
 
Conclusion: 
Malgré un début assez difficile, j’ai adoré cette expérience qui fut très intense humainement parlant (j’ai fait de très belle rencontre) mais elle m’a aussi beaucoup aidé dans ma recherche concernant mon parcours post-bac. En effet, je sais dorénavant que je n’ai pas la patience et l’état d’esprit pour faire de la recherche mais que présenter des projets de groupe ou individuel ainsi que « contrôler » une situation ou des « problèmes » de groupe à résoudre me plaît énormément. J’ai pu également un peu plus découvrir mes envies professionnelles même si elles restent très floues et bien comprendre que le système de la fac qui a pour moi comme principe de n’étudier qu’une seule matière de s’y attacher et d’en devenir experte ne me plairait pas. Ainsi je sais un peu plus vers quelle voie me diriger. Pour cela, et tous les liens que j’ai pu créer que ce soit avec d’autres participantes ou des doctorant.e.s, je ne regrette absolument d’être sortie de ma zone de confort en participant à cet évènement ;)