Changer le monde: Yes, you can!

Change le monde!

« Encourager ceux qui veulent changer le monde » par  Noëlle Smits ( Assistante d’ anglais 2014-2015)
 
« Personne n’écoute ma voix. » « Je suis trop jeune…peut-être plus tard dans ma vie. » « Je ne peux pas faire une différence. » « Ce n’est pas ma personnalité. » Voilà plusieurs réponses que j’ai reçues quand j’ai posé cette question au groupe d’environ 12 élèves il y a quelques jours: « Est-ce que vous vous considérez comme des « fighters » (battants/personnes qui ne lâchent rien) ? » Autrement dit, est-ce qu’ils se sentent comme des personnes résilientes qui lutteront pour faire une différence positive dans leurs propres vies, dans leurs familles et leurs communautés, et dans le monde ? Seulement un seul des douze élèves a dit oui, en ajoutant qu’en réalité, ça dépend des circonstances…
 
Un seul des 12 ! J’étais choquée. Mais plusieurs semaines plus tôt, quelque chose de similaire s’est passé. J’ai parlé à une classe différente par rapport au changement qu’ils voulaient voir dans le monde, une injustice en particulier pour laquelle ils voulaient trouver un remède, et ils m’ont donné leurs réponses sans hésitation—la discrimination raciale, le parti pris dans le media, un manque du respect et des valeurs inculqués aux enfants dès leurs enfances, etc. Mais quand je les ai mis au défi/les ai incités de me parler des étapes/des actions qu’ils pourraient personnellement entreprendre afin de faire une différence dans ces domaines, personne ne m’a répondu. Alors j’ai demandé s’ils pensaient qu’ils pourraient même faire une différence/quelque chose, et presque tous m’ont dit non. Ils avaient besoin d’être plus âgés, d’avoir plus d’argent, d’être des politiciens…   
 
Dans les deux cas, j’étais étonnée et attristée. Aux Etats-Unis, j’ai grandi avec la mentalité que si je voulais faire quelque chose dans le monde, je pourrais le faire, quelque soit mon âge, mon sexe, l’argent dans ma poche, ou autre chose. Mes professeurs, mes parents, et ma société m’ont enseigné que si quelque chose était injuste, avec un peu de travail et de motivation, je pourrais (et devrais !) travailler pour le changer. « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde, » comme Gandhi a dit. J’ai entendu encore et encore, « Vous êtes une personne qui va changer le monde ! » Je l’ai cru, et je me sentais valorisée. Je le retiens toujours.
 
Pourtant mes élèves français ne semblent pas avoir cette attitude. C’est comme si la majeure partie ne se sentait pas acteurs dans leur monde—des personnes qui agissent pour résoudre les problèmes plutôt que simplement reconnaître qu’ils existent. Alors voici ma question, de la perspective d’une jeune professeur américaine : Ce concept de la valorisation des jeunes pouvant changer le monde existe-t-il ici en France ?   
 
"Empowering World Changers", par  Noëlle Smits
 
"No one listens to my voice." "I am too young...maybe later in my life." "I can't make a difference." "That's not my personality." These were the responses I received a few days ago when I asked a group of about 12 students the question, "Do you consider yourself to be a fighter?" In other words, do they feel they are resilient people who will fight to make a positive difference in their own lives, in their families and communities, and in the world? Only one of the 12 said yes, adding that it really depended on the circumstance...
 
 One of 12! I was shocked. But several weeks earlier, something similar had happened. I asked a different class about the change they want to see in the world, the one injustice they really want to remedy, and they told me their issues without hesitation—racial discrimination, bias in the media, a lack of respect and values instilled in children from an early age, etc. But when I challenged them about the steps they personally could take to make a difference in those areas, no one answered me. So I asked if they thought they could even make a difference at all, and nearly all said no. They needed to be older, have more money, be in politics...
 
In both instances, I was surprised and saddened. In the United States, I grew up with the mentality that if I wanted to do something in the world, I could do it, no matter my age, gender, the money in my pocket, or anything else. My teachers, my parents, and my society taught me that if something was unjust, with a little hard work and motivation, I could (and should!) work to change it. "Be the change you want to see in the world" as Gandhi so famously said. I was told again and again, "You are a world changer!" I believed it, and I felt empowered. I still do.
 
Yet, my French students don't seem to have this attitude. It seems that the overwhelming majority of them do not feel that they can be actors in their world—people who act to solve problems rather than just recognize that they exist. So my question, from a young American teacher's perspective, is this: does this concept of empowering young people to be world changers exist here in France?

Lycée Albert Schweitzer

Email: ce.0680031P@ac-strasbourg.fr
Téléphone: 03.89.33.44.88
Adresse: 8, boulevard de la Marne, 68068 MULHOUSE Cedex 2 FRANCE

Notre établissement accueille le public aux horaires suivants :
Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 18h.
Mercredi de 8h à 12h et de 13h30 à 16h et le samedi de 8h à 12h.